10 000 ans moins le quart avant Jésus Christ

Publié le par Pegase

Paumés au milieu de nulle part une tribu de cromagnons aux yeux marrons récupère une jeune fille aux yeux bleus. Comme on s'en doutait un des boutonneux du campement tombe sous le charme de cette étrangère et même s'il n'est pas le plus beau, le plus fort du groupe, il espère bien en faire sa femelle. Les années passent, la chasse au mammouth est le seul moyen de la conquérir, le chasseur qui réussit à tuer un de ces mastodontes peux choisir sa dulcinée. Une petite compète s'engage alors entre le héros et le gars le plus fort du village. Un événement imprévu et beaucoup de chance ou de manque d'imagination de la part des scénaristes fait que le héros terrasse le chef du troupeau d'éléphants à la coupe rasta. Mais, il y a toujours un mais dans ce genre d'histoires, la prophétie se réalise, un groupe de cavaliers, des monstres pour la petite tribu qui n'a jamais vu de chevaux, débarque dans le village, dévaste tout et emporte une partie des autochtones. Parmi eux, la jeune fille aux yeux bleus. Le héros se lance à la poursuite des cavaliers espérant libérer l'élue de son coeur. Ils traversent les montagnes, la jungle, l'afrique. Rencontrent de gros poulets voraces qui ne se nourrissent pas qu'au grain. Un tigre à dents de sabre qui devient l'obligé du jeune cromagnon, réalisant ainsi la prophétie, encore une, du peuple qui vit dans cette région. Le héros devient "celui qu'on attendait", celui qui doit libérer les hommes de l'oppression du peuple qui vit dans la montagne des Dieux. En avant donc vers cette colline divine, tous derrière et lui devant pour paraphraser Brassens. Et là le spectateur découvre les pyramides et un sphinx à tête de lion, 6 000 ans au moins avant la date à laquelle il aurait pu espérer tomber dessus ! Pas grave, le film est sympa, on peu accepter cette petite entorse. On découvre aussi des peuples asservis, qui travaillent à ériger les monuments égyptiens. On rencontre aussi une caste sacerdotale qui accompli les moindres désirs d'un porte manteau couvert de voiles que l'on devine être le dernier des atlantes. Les esclaves maltraités se rebellent sous l'impulsion de notre héros préhistorique et se débarrasse enfin du cruel tyran. Pendant la révolte, la fille aux yeux bleus meurt une flêche plantée entre les omoplates mais pas vraiment puisqu'elle réssucite pour le bonheur du héros et pour ma consternation, pourquoi l'avoir fait mourir si enfin de compte ça n'a servi qu'à la faire revenir d'entre les morts... Jésus, t'a pas une idée ?
Pour finir notre héros et sa copine plient bagage et rentrent dans le trou paumé où ils ont grandi avec dans leurs affaires une poignée de grains de blé qu'il vont planter et récolter... la civilisation est née !

Si vos neurones ont survécu à TF1 et M6, laissez-les à la maison, vous les préserverez encore un peu, on ne sait jamais vous pouvez en avoir besoin pour voter dans 4 ans.

Commenter cet article