Deux jours à tuer et surtout à voir !

Publié le par Pegase

Je suis fan de l'excellent Albert Dupontel. Le sujet du film de Jean Becker ne m'intéressait pas plus que ça, un homme à qui tout réussit, décide de changer de vie du jour au lendemain, pourquoi ?
Malgré tout, Biou et moi sommes allés au cinéma, un peu à reculons, craignant de tomber sur un film français mélodramaticocomicocérébroprisedetête. Dès le début, j'ai été happé par le film, Dupontel est très convainquant et son personnage me parle plus que la normale... ceux qui me connaissent et qui ont vu le film vont s'inquiéter.
Pas d'inquiétude cependant, nous rêvons tous à un moment ou un autre de changer de vie, de dire la vérité même si elle est violente, même si elle est antisociale, de tout foutre à la benne et de recommencer à zéro.
Ce film a beaucoup de qualités, les acteurs sont vraiment bons, Marie-Josée Croze est très convainquante, surtout au moment de la dispute du couple. Pierre Vaneck en vieillard sec dehors et moelleux dedans qui baigne dans de très beau paysages irlandais est très touchant.
Mais c'est surtout un beau film, poignant, avec une énergie impulsée par le jeu tonique d'Albert, et de ses répliques plus tranchantes que celles de Brice de Nice, plus profondes aussi. On rit, on pleure, c'est un film dont le message est positif, plein d'espoir malgré les apparences.
Enfin, la musique du générique de fin, chantée par Serge Reggiani est bouleversante et colle très bien au film, à tel point que toute la salle est restée jusqu'au bout, certains spectateurs sont partis la larme à l'oeil.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article