Les abeilles disparaissent... et nous ne le savions pas

Publié le par Biou Sphere

La survie ou l'évolution de plus de 80% des espèces végétales dans le monde dépend des abeilles. En Europe, 84% des espèces cultivées dépendent d'elle. Je ne parle pas des crèmes hydratantes à la gelée royale, mais de nos fruits et légumes : pommes, tomates, etc... nous leur devons tout simplement une majeure partie des produits que nous trouvons sur les étalages d'hypermarchés. Consommateurs nous ne réalisons pas à quel point la conception de toutes ces bonnes choses a nécessité l'activité silencieuse et discrète, et surtout, extraordinaire de ces insectes qui nous indiffèrent. Insecte "pollinisateur", l'abeille est indispensable à la biodiversité et à ce jour par son activité, elle est irremplaçable.
La disparition de l’entomofaune pollinisatrice engendrerait une catastrophe écologique sans précédent (encore une...) pour l’avenir de l’Humanité. L’abeille ne bénéficie d’aucune protection particulière qui lui permettrait de se préserver de son plus grand prédateur, qui est aujourd’hui l’homme !
Des milliards d'abeilles font les frais depuis plus d'une quinzaine d'années des produits toxiques utilisés en agriculture de masse et en jardinage. Pesticides, insecticides, OGM... des produits qui on le sait pertinemment ont également des répercussions néfastes sur l'eau, la terre. 
Espèce remarquablement évoluée par son système de comportement et de communication, en harmonie avec son environnement, l'abeille n'a pas su développer des systèmes de défense immunitaires face aux produits toxiques créés par l'homme.
«Quand une abeille sent sa mort prochaine, elle quitte sa ruche, pour éviter d'infecter la collectivité et meurt seule».
Aux Etats-Unis, vu la situation, il pourrait n'y avoir plus d'abeille en 2035. Les abeilles malades quittent les ruches massivement et disparaissent à jamais, pour la survie de leurs proches qui ne sont plus qu'une poignée à travailler dans les rayons, qui se vident. Les abeilles désertent par dizaines de milliards. Les ruches se vident en moins d'une semaine. Les principaux témoins : les apiculteurs effarés, démunis.

Aujourd'hui les abeilles meurent par colonies entières, et étant donné l'ampleur de leur rôle dans l'écosystème, le mystère qui entoure leur disparition massive a quelque chose d'inquiétant pour l'avenir de la planète...

... inconscience hallucinante de nos mondes modernes,
car à vrai dire, nous sommes confinés dans nos conforts, submergés d'informations stupides... 

L'Homme ne se doutait pas qu'une précieuse alliée de son espèce allait disparaître, celle qui lui apportait la vie naturelle par la pollinisation.
Seuls une poignée de spécialistes (scientifiques et apiculteurs) reconnaissaient l'extraordinaire sophistication de la création que portait l'abeille en elle.

Publié dans A travers le miroir

Commenter cet article

RX13 21/02/2008 00:28

Nous sommes les tortionnaires du monde, comme le dit Jules-Edouard Moustier :
Ayez le geste qui sauve la planète, noyez vos enfants.

Pegase et Biou Sphère 21/02/2008 09:13

Merci pour ce commentaire, évitons tout de même de les noyer pendant les vacances d'été... ça pourrait gâcher le plaisir des vacanciers.