Laissez un peu de place aux autres, que diable !

Publié le par Pegase

Merci à Gérard pour la chanson "si j'étais président de la République... " qui me trotte dans la tête depuis ce matin. D'ailleurs que devient-il ? Plus de son, plus de vidéo, plus de Lenormand ! Une petite idée pour nos amis de la Star Ac, invitez Gégé, il a plein de chansons faciles à interprèter par les petites marionnettes du château. Mais laissons ça, et revenons au sujet principal de cet article.
Si par un malencontreux hasard, je devenais président de notre république, ou de ce qu'il en restera. Il y a quelques mesures que je prendrais immédiatement et j'aimerais t'en faire part à toi, mon lecteur préféré (ça sent pas le discours électoralo-populiste ? Ou une reprise de l'intégrale de Franck Dubosc ?).
Vers une égalité des traitements : Je ferais table rase des avantages et autres petits cadeaux que se sont auto-accordés des générations de serviteurs de l'état... serviteurs, c'est une drôle d'appellation pour des gens qui ont tendance à prendre au lieu de donner, non ? Je mettrais en place une grille salariale en fonction de la pénibilité de leur tâche. Je ferais appliquer la loi sur le cumul des mandats. Les compagnes ou compagnons d'hommes et de femmes politiques reverront enfin leur moitié... ils pourront faire plein de petits bébés... beurk ! Je comprends mieux pourquoi cette loi n'est pas appliquée finalement.
Je ne souhaites pas que la politique soit un métier, qu'on y entre vers 30 ans et qu'on y fasse une longue carrière jusqu'à ce que mort s'en suive ou que scandale éclate... comment ? Même lorsqu'un scandale éclate on peut continuer à faire de la politique ? On n'est même pas obligé de démissionner ? On peut même envoyer balader les juges d'instruction quand on occupe les plus hauts postes de l'état ? Donc, quand on est sensé représenter la France, être un exemple pour tous, on peut se permettre de ne pas respecter les lois, de tricher, mentir, détourner... plus on est haut, plus on peut faire de bassesses ?
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article